Gisèle Halimi, l'avocate féministe du 20e siècle

Gisèle Halimi est née le 27 juillet 1927 à Tunis et nous a quitté le 28 juillet dernier (2020), à Paris. Cette Grande Dame, était une avocate et militante féministe. Elle a consacré sa vie et sa carrière à défendre des femmes à qui on a retiré des droits. Revenons sur son histoire.


À 10 ans, elle se lance dans une grève de la faim pour défendre son droit d'apprendre à lire. À 13 ans, elle entame une deuxième grève de la faim pour refuser de continuer à faire les taches ménagères dont ses frères sont exempté. Elle détermine ces victoires comme "des petits bouts de liberté" comme elle le note dans son journal à cette époque ou comme "sa prémière victoire féministe", comme elle le mentionne des années plus tard en interview.


À 16 ans, la jeune Gisèle refuse un mariage arrangé et réussit à convaincre ses parents de la laisser partir à Paris pour étudier le droit. Après des études à la Faculté de droit et de lettres et à l'Institut d'études politiques de la Paris, elle s'inscrit au barreau de Tunis en 1949 et décide de revenir pratiquer sa profession en France quelques années plus tard.


En 1959, elle rencontre le Général DeGaule, qui lui demande si il doit l'appeler Madame ou Mademoiselle. Elle répond alors, tout bonnement :


"Appelez-moi Maître, monsieur le Président !"



C'est en 1960 qu'elle prend une affaire jugée "délicate". Il s'agit de l'affaire Djamila Boupacha, une jeune femme de 22 ans arrêtée pour tentative d'attentat sera torturée et violée par des soldats Français, lorsqu'elle était en détention. Un film a été réalisé sur ce sujet, pour en savoir plus cliquez-ici.

En 1971, elle est la seule avocate signataire, du Manifeste des 343, un document réunissant des femmes qui déclarent avoir avorté (sous peine d'être jugée pour cela) et qui réclament le libre accès à une contraception et le droit à l'avortement. S'en suivra le mouvement "Choisir la cause des femmes" aux côtés (entre autre) de Simone de Beauvoir. Lors du procès de Bobigny en 1972, elle prend la défense de jeunes femmes accusées d'avoir avorté illégalement. L'acquittement de ces femmes permettra l'évolution de la condition féminine et permettra à la loi Veil de naître en 1975.


En 1978, elle défendra deux jeunes femmes victimes de viol collectif. Son travail sur ce procès (entre autre) contribuera à l'adoption d'une nouvelle loi en 1980 criminalisant le viol (jusqu'alors considéré comme un délit).





Elle marque son entrée dans la vie politique Française en 1981, lorsqu'elle est élue députée d'Isère, jusque 1984. Ses fonctions lui permettent d'impacter la politique et d'utiliser ton expérience et ses valeurs pour faire avancer les choses : en 82, elle obtient le vote d'un article de loi en faveur de la parité lors des éléctions (celui-ci sera censuré). Avec Robert Badinter, ils sont à l'origine de la loi abrogeant la distinction discriminatoire dans l'âge de la majorité sexuelle pour les rapports homosexuels.


Elle aura ensuite plusieurs fonctions au sein de l'UNESCO et de l'ONU. Toute sa carrière, Gisèle Halimi prendra la défense de l'égalité, du droit des femmes et du féminisme. Son engagement a été assez impactant pour qu'il marque nos vies à toutes. Les lois adoptées ont permis à notre société d'avancer et d'évoluer.


Retrouvez notre quizz sur Gisèle Halimi, ici !

20 vues0 commentaire

QUE FAIRE SUR LUPI ?

AIDE

CONTACT

SUIVEZ LE PROJET LUPI

Ensemble, luttons contre la pollution digitale. LUPI s'engage à ne pas envoyer plus d'une newsletter par mois. 

  • Noir Icône Instagram
  • Icône Facebook noir
  • Icône Pinterest noir

©LUPI