• Rémi dos Santos

Adolf Hitler, l'homme qui a plongé le monde en guerre


Si seulement il avait été accepté à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne, peut-être que la Seconde Guerre mondiale n'aurait jamais eu lieu. Mais peintre relativement médiocre, Adolf Hitler n'a jamais réussi à faire son trou dans l'art.

Né en 1889 à Braunau-am-Inn, en Autriche, Adolf Hitler s'est toujours destiné à une carrière artistique. Mais lorsqu'il se retrouve orphelin, à seulement 18 ans (son père meurt en 1903, sa mère en 1907), il doit subvenir à ses besoins, et l'art va rapidement passer au second plan. Plutôt marginal, il s'intéresse petit à petit à la politique et penche rapidement vers un antisémitisme convaincu. Pour lui, la race germanique, supérieure, est écrasée par les Slaves et corrompue par les Juifs.



La 1ère Guerre mondiale va donner un sens à sa vie. Il participe à 14-18 en tant qu'estafette, mais termine ce conflit dans un lit d'hôpital après avoir été sévèrement gazé. Il apprend avec colère la proclamation de la nouvelle République allemande ainsi que la capitulation, qu'il juge comme une trahison.


Une incarcération mise à profit


De retour à Munich, il se lance dans la politique et adhère au DAP, parti ultranationaliste, anticommuniste et antisémite (le futur NSDAP). Très bon orateur, Hitler se fait un nom et se persuade qu'il est l'homme providentiel dont a besoin l'Allemagne. Il tente un putsch manqué en 1923 et se retrouve emprisonné à la prison de Landsberg. Condamné à 5 ans, il n'y reste que 9 mois pour bonne conduite. 9 mois seulement, mais il a mis à profit ce temps pour coucher sur papier ses idées, qu'il publie dans son livre "Mein Kampf" (mon combat). Il se sert de cet ouvrage, véritable programme politique, pour prendre le pouvoir par les urnes.


La crise qui touche le monde en 1929 met l'Allemagne à terre. Le NSDAP et Hitler vont mettre à profit cette crise économique pour percer dans le paysage politique. S'il est battu aux élections présidentiels de 1932, il est nommé Chancelier par Hindenburg le 30 janvier 1933 après avoir amadoué les partis conservateurs. Quelques semaines plus tard, après des élections législatives remportées haut la main, il obtient les pleins pouvoirs et devient même Reichführer en 1934 à la mort d'Hindenburg. Plus rien alors ne l'empêche de mettre sa politique à l'oeuvre.




Annexions et réarmement


Il ne faut qu'un an à l'ancien peintre pour imposer la dictature et éliminer tous ses opposants, communistes comme "modérés" du Parti Nazi. Passant outre le traité de Versailles, qu'il juge honteux, Hitler réarme considérablement la Wermacht (l'armée allemande) et occupe la Rhénanie pourtant sous le contrôle de la France. Profitant de la passivité des Français et des Britanniques, qui ne veulent pas d'une nouvelle guerre, l'Allemagne va plus loin en annexant l'Autriche (Anschluss en 1938) puis le territoire des Sudètes (République Tchèque actuelle), où vivent de nombreux allemands.


Parallèlement, les populations juives, handicapées, homosexuelles, tsiganes ou encore slaves, considérées comme mineures, sont progressivement écartées de la vie courante. Les magasins sont fermés ou pillés, certains sont mêmes déjà emprisonnés dans les premiers camp de concentration. Mais le pire est encore à venir, pour eux comme pour le monde.


Une guerre mondiale longue de 6 ans

Voulant continuer l'expansion de la "Gross Deutschland" (Grande Allemagne), Adolf Hitler veut récupérer la ville de Dantzig (Gdansk). Devant le refus polonais, le dictateur lance ses troupes à l'assaut de la Pologne, et ce malgré sa peur d'une riposte franco-britannique. Il n'en est rien, et grâce au pacte de non-agression signé avec Staline peu avant, la Pologne est rapidement conquise et partagée avec l'URSS.


Hitler se lance ensuite à l'assaut du reste de l'Europe, et grâce au Blitzkrieg (guerre éclaire), l'Allemagne prend possession du Benelux, de la France, de la Scandinavie, de la Grèce et de la Yougoslavie en à peine quelques mois. En s'attaquant à son ancien allié, l'URSS, en 1941, il pense mettre fin au conflit européen et régner sur le Vieux Continent. Barbarossa, longtemps un succès, sonnera pourtant le début de la fin du IIIe Reich qui se voulait millénaire.


La Shoah


A partir de la défaite de Stalingrad, en février 1943, la Wermacht va reculer partout jusqu'à finalement se retrouver exsangue, encerclée par les Soviétiques à l'Est, et le trio américano-britannico-français à l'Ouest. L'ombre de la défaite plane sur l'Allemagne, mais Hitler, paranoïaque et loin des réalités, veut tenter le tout pour le tout. C'est finalement le 30 avril 1945, et alors que les troupes de Staline sont dans les faubourgs de Berlin, qu'Adolf Hitler se suicide, en compagnie de sa compagne, Eva Braun, qu'il a épousé quelques heures plus tôt.


Mais durant les années précédentes, le Führer a accéléré son programme d'épuration de la communauté juive. Après la conférence de Wannsee, en janvier 1942, il décide, en compagnie d'Heinrich Himmler notamment, de mettre en place les camps d'extermination comme Auschwitz-Birkenau ou Treblinka. Dans son testament, Hitler déclare que "l'on sera éternellement reconnaissant au national-socialisme de ce que j’ai éliminé les Juifs d’Allemagne et d’Europe centrale". Au total, près de 5 millions de personnes périront dans ces camps de travail, certaines gazées, d'autres de maladies ou de la faim. Durant la Seconde Guerre mondiale, qui s'est achevée le 2 septembre 1945, ce sont entre 50 et 85 millions de personnes qui ont perdu la vie. La faute, en grande partie, à Adolf Hitler...  

26 vues0 commentaire

QUE FAIRE SUR LUPI ?

AIDE

CONTACT

SUIVEZ LE PROJET LUPI

Ensemble, luttons contre la pollution digitale. LUPI s'engage à ne pas envoyer plus d'une newsletter par mois. 

  • Noir Icône Instagram
  • Icône Facebook noir
  • Icône Pinterest noir

©LUPI